Les pasteur·es du nord de la Tanzanie peuvent perdre jusqu’à un tiers de leur troupeau chaque année en raison de l’incapacité à trouver des pâturages adéquats et de la menace des prédateurs et des maladies. 

Image retirée.

Sapunyu Laizer avec son troupeau de ruminants (chèvres et moutons) au coucher du soleil (© AfriScout)

Au début de 2020, Sapunyu Lazier, un pasteur du township de Maganga, dans le nord de la Tanzanie, a fait connaissance avec une nouvelle technologie de pâturage de précision appelée AfriScout. Celle-ci fournit aux pasteur·es isolé·es des images satellites sur la végétation et les ressources en eau, ainsi que des alertes en crowdsourcing sur les conflits, les maladies, les prédateurs et d’autres informations pertinentes en vue d’une bonne gestion des troupeaux et des pâturages. Fort·es de ces informations, les pasteur·es sont en mesure d’améliorer les pratiques de gestion des pâturages et, partant, de réduire la dégradation des terres tout en protégeant les troupeaux et en renforçant ce moyen de subsistance vital. Au terme d’une période d’essai de trois mois, les pasteur·es se voient offrir la possibilité de souscrire un abonnement annuel coûtant environ 21 euros, soit un prix avoisinant celui d’une chèvre.

L’application AfriScout est l’un des nombreux projets appuyés par le programme Wehubit d’Enabel qui finance des solutions numériques qui ont certes déjà fait leurs preuves, mais doivent encore être diffusées à plus large échelle. 

Comment une application sur smartphone protège les troupeaux tout en préservant un mode de vie traditionnel

Sapunyu Laizer a décidé de télécharger l’application AfriScout et de la tester pendant la période d’essai gratuite. Durant ce laps de temps, il a pu se faire une idée précise des possibilités offertes par AfriScout et a dès lors décidé de s’y abonner avant même la fin de sa période d’essai. Lorsqu’on lui a demandé pourquoi il s’y était abonné, voici ce qu’il a répondu : 

« AfriScout est une application qui affiche des cartes de la végétation dans des zones de pâturage importantes, notamment son état réel et la disponibilité d’eau de surface. Ces informations sont particulièrement utiles. En outre, grâce à cette application, vous pouvez publier des alertes sur les dangers présents dans la zone de pâturage et voir celles sur les maladies, les prédateurs, le manque d’eau et les conflits publiées par d’autres utilisateur·rices. Ces informations vous permettent de déplacer votre troupeau en toute sécurité. C’est la raison pour laquelle, après m’être rendu compte que ma période d’essai arrivait pratiquement à expiration, j’ai décidé de souscrire un abonnement ! »   

Image retirée.

Sapunyu Laizer montrant la carte des zones de pâturage du district de Longido dans l'application Afriscout (© AfriScout)

Pour des pasteurs comme Laizer, AfriScout est un outil d’information essentiel pour prendre des décisions de migration optimales et opportunes tout en minimisant les risques potentiels. Avant le développement de cette application, des informations de ce type, si elles étaient disponibles, avaient une portée limitée, étaient souvent obsolètes, imprécises, voire incorrectes. Attendu que les cartes satellites à haute résolution sont actualisées tous les 10 jours et que les publications d’alertes peuvent être partagées en temps réel, AfriScout s’avère être un outil inestimable pour garantir des troupeaux en bonne santé et des pâturages sains. 

« Selon moi, la fonction d’alerte est l’une des fonctionnalités les plus importantes. Ainsi, lors des fortes précipitations de mars et avril de cette année (2020), les troupeaux ont succombé à de nombreuses maladies. Sur AfriScout, j’ai pu voir des alertes sur la péripneumonie contagieuse bovine (PPCB) dans le village voisin d’Oerendeke et plusieurs alertes sur l’ormilo¹ mortel (la maladie du petit ruminant fou), postées dans de nombreuses parties du district de Longido. J’ai informé ma famille et les membres de notre boma (groupement de maisons) des foyers endémiques d’ormilo et de PPCB dans les villages voisins. Nous avons par conséquent décidé de vacciner notre cheptel et de vermifuger nos petits ruminants² contre l’ormilo. Notre cheptel a de la sorte été préservé, tandis que, particulièrement affectés, nos voisins ont perdu de nombreuses bêtes. » Et Laizer de poursuivre, « aucun de nos animaux n’est mort ». 

Bien qu’AfriScout soit un outil hautement technologique, il est utilisé pour préserver un moyen de subsistance traditionnel qui a été affecté négativement par le changement climatique, de mauvaises politiques de gestion foncière et des décennies de marginalisation. AfriScout aide les pasteur·es à surmonter ces obstacles en leur fournissant l’une des ressources les plus puissantes et les plus transformatrices disponibles aujourd’hui : des informations ouvertes et exploitables.  

« AfriScout m’a aidé à naviguer à travers les cartes, à voir les conditions réelles de la végétation, la disponibilité des eaux de surface et les dangers présents, données que je peux ensuite transmettre aux ancien·nes et aux membres des ménages. Ce faisant, AfriScout m’a aidé à remplir mon rôle traditionnel de morane massaï (guerrier) », explique Sapunyu. 

 

Image retirée.

Sapunyu Laizer évaluant la santé d'un des chevreaux. Les petits ont été vermifugés contre «Ormil» (© AfriScout)

En sa qualité actuelle d’ambassadeur attitré d’AfriScout, M. Laizer promeut l’utilisation de cette application dans l’ensemble du district et œuvre de concert avec l’agent de terrain d’AfriScout à l’enregistrement de nouveaux·elles utilisateur·rices. L'opérateur de Mobile Money intégré à l’application offre une plateforme idéale pour partager AfriScout avec tout·e pasteur·e qui fait appel à lui pour des services d’argent mobile. Grâce à son appui, les pasteur·es sont de plus en plus nombreux·euses à découvrir AfriScout et ses possibilités. L’équipe d’AfriScout Tanzanie milite à présent pour que d’autres agent·es de terrain identifient et engagent des agent·es de paiement mobile à devenir ambassadeur·rices d’AfriScout afin d’élargir l’accès à cette application.

--

¹ Ormilo est un terme massaï pour désigner la cénurose ou téniase, la maladie causée par le stade larvaire du ténia multiceps qui affecte le cerveau des moutons ou des chèvres, et qui entraîne l’apparition de signes neurologiques comme le fait de tourner en rond et de se cogner la tête contre des obstacles, etc.

² La vermifugation (élimination des parasites intestinaux) consiste à arroser les petits ruminants (moutons et chèvres) avec la quantité recommandée d’anthelminthiques (médicament vermifuge) dans une cuve d’immersion. Dans le cas de l’ormilo (cénurose ou téniase), on utilise de l’albendazole.  

 

Jettez un oeil au témoignage vidéo que Sapunyu nous a partagé avec son téléphone portable

banner
Banner height
60%