Les riziculteur·rices des périmètres d’irrigation Idodi, Mapogoro, Tungamalenga et Makifu de la région d’Iringa en Tanzanie ont dû se battre longtemps pour avoir accès à des engrais de qualité afin d’améliorer leurs exploitations rizicoles, et ce, en raison de l’éloignement de la région et de la mauvaise infrastructure routière, qui rend le transport de marchandises très coûteux.

Image retirée.

Les agriculteurs Idodi reçoivent des engrais

Grâce au projet IMAP4CSA, en partenariat avec Ruaha Milling Company Ltd - qui à son tour s’est associée avec un agrodistributeur local à Iringa appelé Alfa Agrovets Suppliers Limited - et des agent·es locaux·ales basé·es dans les villages, les agriculteur·rices peuvent aujourd’hui acheter des engrais en gros et assurer à la meunerie un approvisionnement constant en riz paddy. De son côté, l’agrodistributeur Alfa Agrovets Suppliers Limited profite des opportunités commerciales liées à l’approvisionnement des agriculteur·rices et voit ses ventes d’engrais s’envoler, sa clientèle s’étant étoffée grâce aux liens commerciaux nouvellement noués avec les agriculteur·rices des meuneries de Ruaha engagé·es dans les systèmes d’irrigation.

50% d'économie sur les taux de remboursement des intérêts

Image retirée.
Grâce à ces liens, négociés par Kilimo Trust, 1.055 agriculteur·rices ont eu accès à un crédit pour acheter 2.109 sacs (106 tonnes) d’engrais d’une valeur de 166.291 dollars US prêtés par l’agrodistributeur à la suite de l’accord tripartite conclu entre les agriculteur·rices, Ruaha Milling Company Ltd et Alfa Agrovets Suppliers Limited. Le prêt est consenti à un taux d’intérêt de 14 % payable à la fin de la saison. Les agriculteur·rices ont versé un acompte de 50 %, l’autre moitié devant être remboursée après la récolte et la vente à la Ruaha Milling Company Ltd.

À travers cette intervention, les agriculteur·rices ont pu échapper au taux de remboursement des prêts avoisinant les 50 % que leur offraient dans le passé les distributeurs informels.

 


Ce projet vient également compléter le programme de subsides du gouvernement auquel les riziculteur·rices n’ont pas tou·tes accès. Les agriculteur·rices qui ont disposé d’engrais pour la saison en cours s’attendent à des récoltes exceptionnelles ainsi qu’à une augmentation importante des rendements grâce à la disponibilité des engrais à temps et à d’autres interventions du projet, notamment des formations sur l’application de bonnes pratiques agronomiques via des sites de démonstration technologique et l’amélioration des pratiques agricoles grâce au recours à des méthodes de production durable.

Utiliser IMAP4CSA pour réduire la pression sur les agriculteurs

Mère de 3 enfants et agricultrice à Iringa, Imelda Mlowe, 58 ans, cultive le riz depuis plus de 20 ans. Elle s’approvisionnait jusqu’ici en engrais dans la ville d’Iringa, à ses propres frais

Image retirée.

« J’avais l’habitude d’acheter de l’engrais dans la ville d’Iringa, à 75 km d’ici, à un prix très élevé.
Parfois, je les recevais très tard, parce que je ne disposais pas de la somme totale pour les acheter immédiatement. En conséquence, je ne récoltais que 0,6 à 0,7 tonne par hectare.
Grâce au projet IMAP4CSA, j’ai reçu des engrais en prêt au moment opportun et je m’attends à récolter 1,3 tonne par hectare. J’aimerais que ce projet se poursuive jusqu’à ce que je puisse m’autofinancer entièrement », ajoute-t-elle.

 

Agriculteur d’Iringa, âgé de 40 ans, Ibrahim Kisegendo est l’un des bénéficiaires du prêt pour les engrais accordé par Alfa Agrovets Suppliers Limited.

Image retirée.

« D’habitude, je récoltais en moyenne 4,3 tonnes de riz paddy dans ma plantation de 1,2 ha.
Cette faible récolte était due au fait que je n’utilisais pas suffisamment d’engrais, parce que je ne pouvais pas me permettre d’avancer la somme requise.
Maintenant, grâce au prêt, je m’attends à 4,5 tonnes de riz paddy sur la même parcelle comme j’ai épandu la bonne quantité d’engrais au bon moment ».


Et Ibrahim d’ajouter : « Auparavant, il m’était très difficile de financer de ma poche à la fois l’achat d’engrais et les activités agricoles, mais le projet IMAP4CSA a vraiment contribué à réduire cette pression, de sorte que j’ai pu obtenir des engrais à crédit ».