"Nous sommes responsables de nos propres actions, si nous voulons vivre dans un environnement propre et sûr, nous devons agir". Amina partage avec passion avec un groupe de membres de l'équipe sanitaire du village (ESV) réunis sous un couvert d'arbres dans une école locale pour leurs réunions régulières deux fois par mois.  

Il n'est pas difficile de comprendre la passion d'Amina pour l'environnement, comme elle nous le dira plus tard. Deux fois par mois, ce groupe de volontaires communautaires de différents villages de la ville de Jinja se réunit pour discuter de la qualité de l'air et de la pollution de l’air dans leur communauté, sous la direction d'Amina. Aujourd'hui, le débat est animé, il y a eu une augmentation du brûlage des ordures dans la communauté et ils sont préoccupés par la pollution de l'air qui en découle.  

 "Nous devons faire plus, nous devons sensibiliser les habitants à de meilleures méthodes d'élimination des déchets", déclare un membre. "J'ai aidé à subventionner les frais de collecte des ordures pour les résidents de ma communauté", ajoute un autre membre, qui propose une solution. "J'ai encouragé mes voisins à trier leurs déchets, à mettre les plastiques dans un endroit prêt à être collecté par l'entreprise d'élimination des déchets, et à jeter les déchets de cuisine, en particulier les épluchures de nourriture comme les peaux de banane, dans leur jardin pour faire du compost", partage un autre membre.  

  

Image retirée.

 ©Makerere University

Amina profite de cette occasion pour encourager le reste des membres à adopter certaines des suggestions. Elle incite également d'autres membres à télécharger l'application AirQo, "L'application vous aidera à connaître la qualité de l'air des lieux qui vous intéressent en temps réel".  

L'année dernière, avec le soutien du programme Wehubit d'Enabel, AirQo a non seulement déployé un réseau physique de moniteurs de qualité de l'air à faible coût dans la ville d'Amina - Jinja City - mais a également développé une plateforme d'analyse et une application mobile personnalisées, permettant aux résidents et aux autorités d'accéder à des données et à des preuves exploitables pour agir et lutter contre la pollution de l'air, un défi environnemental et sanitaire majeur à Jinja - une ville industrielle. Depuis lors, Amina, qui est également responsable de l'environnement à Jinja, a pris l'initiative d'apporter des changements dans sa communauté. "C'est ma passion d'avoir un environnement propre".  

Après deux heures, la réunion est terminée et les membres décident d'encourager les membres de leur communauté à éviter de brûler les déchets et les incitent à les trier. "Se réunir avec les VHT et discuter de la pollution de l'air est une façon pour nous de faire collectivement la différence dans notre ville", nous dit Amina. "L'application AirQo m'a aidé à connaître la qualité de l'air que je respire notamment chez moi, je transmets les mêmes connaissances aux VHT qui, à leur tour, peuvent sensibiliser leurs communautés en s'appuyant sur des preuves."  

Plus tard, Amina nous invite à visiter sa maison dans la ville. Le dévouement d'Amina à son environnement est clairement évident dans la façon dont elle a apporté des changements majeurs dans sa maison pour protéger la santé de sa famille en réduisant l'exposition à la pollution de l’air. Peut-être son plus grand changement à ce jour. "Lorsque l'équipe d'AirQo nous a sensibilisés aux effets de la pollution de l'air, j'ai adopté de meilleures pratiques de cuisson afin de me protéger et de protéger ma famille. En tant que mère, la santé de mes enfants passe avant tout".  

Amina a pris l'habitude de cuisiner dans un espace en plein air réservé à cet effet, juste devant sa maison, et elle a veillé à ce que ses voisins fassent de même. "J'économise pour acheter une cuisinière à gaz", sourit-elle. "Cependant, comme nous utilisons actuellement des réchauds à charbon pour cuisiner, nous avons décidé de construire un endroit réservé à la cuisine afin d'éviter de cuisiner à l'intérieur de nos maisons ; lorsque nous voulons allumer les réchauds, nous les portons à l'extérieur des maisons, afin de réduire notre exposition à la pollution. Nous avons également cessé d'utiliser des plastiques pour allumer les poêles".  

Elle dit avoir constaté un changement drastique dans son quartier. "Nous trions nos déchets et, chaque semaine, je nettoie personnellement notre système de drainage, en ramassant les sacs en plastique et en les éliminant bien", dit-elle.  

En tant que responsable de l'environnement, Amina utilise son accès aux données sur la qualité de l'air via la plateforme de données AirQo pour voir la qualité de l'air dans la ville de Jinja. Cette année, la ville a adopté un plan ambitieux visant à planter des arbres dans les écoles, les rues et les espaces ouverts de la ville et des communautés afin d'améliorer la qualité de l'air.  

  

Image retirée.

©Makerere University